Nouvelles 

PHPP poster thumbWaswanipi is implementing a pilot project for Private Housing in conjunction with First Nations Market Housing Fund. The Cree First Nation of Waswanipi will build complete homes which will then be sold to community members. Up to 5 units will be constructed.

Click the picture to view the full poster.

Broadback: Cree First Nation Delegation in B.C. to Learn About Protecting Forests from First Nations and Engos Who Signed Great Bear Forest Agreement

Vancouver, March 7, 2016 — Set against the climate action talks in Vancouver between the Prime Minister and Premiers as well as the 2016 GLOBE Leadership Summit for Sustainable Business, the Cree First Nation of Waswanipi met with B.C. First Nations, environmental groups and others who were directly involved in negotiating the Great Bear Rainforest Agreement, to learn about how to best protect their forests in the Broadback region.

The meetings came a week after the official signing of the Agreement, 20 years in the making, and a day after the Great Bear Rainforest Forest Management Act was introduced in the B.C. Legislature by Premier Christy Clark’s Government.

The groundbreaking Agreement provides for the protection of 85 per cent of the Great Bear Rainforest, an area the size of Ireland on B.C.’s north and central coast. The region is the habitat for the rare Kermode or Spirit Bear and is one of the Earth’s most important temperate rainforests. The Agreement involved the Provincial Government, 24 First Nations, environmental groups and the forest sector. It provides for a four-tiered protection system, co-managed by the First Nations, with varying degrees of activities allowed. Nearly a half a million hectares are completely protected, and an additional 1.5 million hectares are conservancies that recognize the First Nation’s importance. In the 15 per cent of the area that allows logging, the Government of B.C. and timber companies agreed to only use ecosystem-based management, which recognizes ecological integrity and human well-being.

“We thank the First Nations who met with us and shared their vision for the Great Bear Rainforest,” said Chief Marcel Happyjack, Chief of the Cree First Nation of Waswanipi. “A key learning for us was that willing partners, such as the Province of B.C. and logging companies, can find creative solutions that work for everyone. We are bringing this lesson back to our discussions with Premier Couillard, the Premier of Quebec and the logging sector.”

In addition to the protection of the Great Bear Rainforest, the First Nations worked with the Province to develop an innovative way to manage climate change: carbon credits managed and sold by the Great Bear Forest Carbon Project. An audit process determines how much carbon is “sunk” by keeping more forest protected. The carbon credits are then sold on the market, benefiting both the Government of B.C. (the main customer) and the First Nations who own the credits. This funding is used to create jobs, notably in the monitoring and stewardship of the area.

“We heard from one Chief that the Great Bear Agreement has now resulted in as many jobs – in stewardship work – as was once created by logging. This proves that protecting forests does in fact create jobs” said the Chief.

The First Nations that Chief Marcel Happyjack and his delegation met with have offered to visit the Broadback in the near future to provide additional advice on how the Great Bear Rainforest Agreement and the Carbon Project can provide a model for solutions that benefit all Quebecers, including the Cree First Nation of Waswanipi.

“If the Province of B.C. and First Nations can sign the Great Bear Rainforest Agreement, we see no reason why we can’t achieve something similar in the Broadbank area with the Province of Quebec, to protect the remaining 10 per cent of unlogged area in our territory,” said the Chief.

Chief Happyjack and his Deputy Chief Mandy Gull travelled to British Columbia with an 8-person delegation that included community members of the Cree First Nation of Waswanipi, hunters and trappers and talleymen, who are Cree land stewards. They met with the following First Nations, individuals and organizations:

  • Coastal First Nations Great Bear Initiative (represents nine signatory Nations)
  • Kitasoo/Xai’Xais First Nation (signatory Nation)
  • Nanwakolas Council (represents seven signatory Nations)
  • George Abbott (former Province of B.C. Minister of Sustainable Resource Management during key Great Bear Rainforest negotiations)
  • Greenpeace Great Bear Rainforest Campaign
  • Canopy (an environmental group that works with forestry companies on sustainable practices)
  • NatureBank (carbon credit trading advisors)

-30-

SOURCE:
Jean-Alexandre D’Etcheverry
Cell: 514-910-1328
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

INFORMATION:
Glen Cooper – Communications and Public Relations Officer
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
819-753-2587


This Press Release as PDF

Cree Photo 1

Cree Photo 2

 

The Housing department will host an Information session on HOME OWNERSHIP AND YOU on March 3, 2016 starting at 6:00 PM.  This session with take place at the CFNW Administration Building (Band office).  Everyone is Welcome!

Broadback : La Première Nation Crie et une coalition pressent Québec de protéger l’une des dernières forêts vierges

Québec, le 22 février 2016 — Pendant que le Comité d’examen des répercussions sur l’environnement et le milieu social (COMEX) évalue un projet de l’industrie forestière visant à construire deux routes d'accès à travers la forêt Broadback, la Première Nation Crie, des groupes écologistes et des experts scientifiques joignent leurs forces pour sauver une des dernières forêts vierges du Québec et demandent au gouvernement de protéger intégralement la forêt Broadback. 

Commentant les récents propos tenus par le premier ministre Couillard sur l'importance de protéger des ressources environnementales comme l'île d'Anticosti, le Chef de la Première Nation Crie de Waswanipi, Marcel Happyjack, fait un lien direct avec l’enjeu de la Broadback. « Je comprends sa position et son désir de protéger un milieu environnemental d’importance. La même logique doit être appliquée à la forêt Broadback, qui constitue les derniers 10 % de la forêt boréale intacte présente sur notre territoire ancestral, ainsi que l'un de nos meilleurs outils pour lutter contre le changement climatique », a déclaré le Chef Happyjack lors d'une conférence de presse à Québec. 

Comme Anticosti, la vallée de la rivière Broadback constitue un milieu naturel magnifique et unique qui est actuellement menacé par des opérations forestières. C'est une zone vitale pour de vieux arbres rares et l'un des derniers refuges pour des espèces menacées, tel que le caribou forestier. C'est également une zone vitale pour le peuple Cri, son économie et son mode de vie qui demeurent tributaires de la présence et de la vitalité des animaux et des plantes qui y vivent. De manière néfaste,, les activités forestières qui continuent de s’étendre davantage vers le nord, mettent en péril l’habitat naturel essentiel au soutien des populations de caribous. 

Pendant des années, Waswanipi a réclamé une protection complète de cette partie de la forêt. Encore récemment, lors d’une audiences publique tenue à Waswanipi par le COMEX, le 19 janvier dernier, la communauté a exprimé à l'unanimité et de façon non-équivoque son opposition à de nouvelles activités forestières sur leur territoire. En outre, plus de 9000 personnes ont écrit au COMEX pour demander le rejet du projet par l'intermédiaire du site www.sauvonslabroadback.ca. « Il est maintenant temps d'agir et nous exhortons le gouvernement du Québec de respecter la Nation Crie, notre mode de vie, et de protéger intégralement la Broadback », a déclaré le chef de Waswanipi.

«Notre terre a été fortement impactée par les activités forestières et autres activités de développement depuis des décennies. Il est maintenant temps de sauver ce qu'il reste avant qu'il ne soit trop tard. J'exhorte le premier ministre Couillard de respecter l'objectif de la Nation crie de Waswanipi et de protéger la forêt Broadback dès que possible », a ajouté Romeo Saganash, député d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou et membre de la Première Nation Crie de Waswanipi. 

Des efforts récents insuffisants

Dans un récent accord pour régler le différend avec la Nation Crie concernant la mise en oeuvre de l'entente Baril-Moses de 2002, Québec a créé une aire protégée au nord de la rivière Broadback. Il s’agit d’un geste noble, mais insuffisant car il ne tient pas compte de la grande majorité des terres qui nécessitent de manière urgent d’un plan de protection pour assurer la survie d’espèces menacées.  

Le Québec a accepté de mettre sur pied un Comité composé de Waswanipi et du Gouvernement de la Nation Crie visant à trouver des solutions communes, mais, à ce jour, le Comité n'a pas fait aucun progrès réel. C'est pourquoi Waswanipi exige maintenant du gouvernement du Québecqu’il réaffirme publiquement son engagement à protéger intégralement la Broadback et à entrer dans un processus de négociations significatif qui conduirait à l'annonce de la pleine protection de la Broadback en juillet 2016.  

À cet égard, le gouvernement du Québec peut prendre exemple sur le gouvernement de la Colombie-Britannique, qui vient lui de signer un accord avec les Premières Nations et l'industrie pour la protection de la forêt pluviale Great Bear, une zone plus grande que l'île de Vancouver qui sera maintenant conservée et mis à l’abri des activités forestières. Ce récent accord conclu dans un contexte similaire, montre qu'il s’agit de quelque chose de réalisable.Il ne faut plus que la volonté politique nécessaire pour en arriver à un pareil accord pour le Québec. 

Coalition #sauvonslabroadback

La conférence de presse d'aujourd'hui était aussi une démonstration de l’ampleur des appuis répandus à l'intérieur comme à l'extérieur de la Nation Crie. Ont assisté à l'événement : Romeo Saganash, député d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Melissa Filion de Canopée, Nicolas Mainville de Greenpeace, Pier-Olivier Boudreault de la SNAP, ainsi que le biologiste et expert du caribou Serge Couturier.  

« Notre message est clair : aucune autre activité de développement ne peut être autorisée dans la vallée de la rivière Broadback, pour le bien de notre planète, la survie du caribou et la protection de notre mode de vie crie », a résumé le Chef Happyjack. 

-30-

SOURCE:  
Jean-Alexandre D’Etcheverry
Cell: 514-910-1328
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

INFORMATION:  
Glen Cooper – Communication and Public Relations Officer
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
819-753-2587

Navigation